Je voudrais vous parler de Vivian Sassen, une photographe néerlandaise qui a grandi au  Kenya et qui travaille aussi bien pour la mode que pour des séries plus personnelles. Elle a reçu le prix de Rome néerlandais en 2007 et la médaille David Octavius Hill en 2015. Les photographies sélectionnées ici proviennent essentiellement de quelques séries : Parasmonia, Flamboya et Etan & me sont parmi mes préférées de cette artiste.

Flamboya-Menthe Vivian-Sassen

Inspirée par Nan Goldin et Nobuyoshi Araki, elle construit sa démarche photographique sur la question du doute et de l’ambiguïté et de l’intrication avec sa vie privée, mais à l’inverse des précédents, elle met en scène et compose ses images et s’éloigne de la photographie documentaire.

Parasomnia-juice-vivian-sassen

Ombres, lumière et couleur

Elle travaille la lumière et la couleur a contrario des règles élémentaires de la photographie, dans des éclairages très durs, sous le soleil au zénith par exemple, se servant des ombres pour masquer les visages et sculpter le corps humain.

100 years 2010 Vivian Sassen

Dora - 2006 - vivian Sassen

En superposant des ombres aux imprimés ou des feuilles de couleur transparente à des corps déjà découpé par la lumière, elle crée un foisonnement visuel graphique qui détourne et affole l’œil en questionnant sur « ce qui est » à voir.

Flamboya-Anansi-Vivian-Sassen

Famboya-NowThen-Vivian-Sassen

Flamboya-Victoria-Vivian-Sassen

Flamboya-DNA-Vivian-Sassen

« This play of shadows allows for multiple interpretations. You can read them at different levels.
You should always be able to judge a photograph on different grounds, on political, social, emotional, but also on personal grounds. (…) I hope I leave enough space to viewers so that they are able to make up their own stories and interpretations… »

« Ce jeu d’ombres permet de multiples interprétations. Vous pouvez les lire à différents niveaux.
Vous devez toujours être en mesure de juger une photographie selon différents points de vue, politiques, sociaux , émotionnels, mais aussi personnels . (…) j’espère que je laisse suffisamment d’espace pour les spectateurs afin qu’ils soient en mesure de se raconter leurs propres histoires et interprétations… »

Belladonna-2010-Vivian-Sassen

Composition par la couleur et la mise en scène

Son utilisation de la couleur, très structurante, s’appuie sur le vêtement et l’environnement, mais elle se sert également d’accessoires : miroir, feuilles et scotchs de couleur, poudre colorée, accumulation d’objets qui viennent structurer la composition en exploitant les lignes, les angles, la géométrie élémentaire et en traduisant graphiquement le trouble identitaire.

Des dos, des nuques, des visages rendus illisibles, des corps rompus, cassés, couchés, entremêlés, intriqués, mis en scène, racontant une histoire en hors-texte, toute en suggestions, en non-dits.

Qui est qui ? Qui ou quoi se donne à voir ? Qu’est-ce qui fait motif ?

Flamboya-Prosper-Vivian-Sassen

Série Ethan and me

Portraits et autoportraits. Ici, je ne présente que deux photos de la série qui ne disent rien de la partie autoportraits (ceux-ci utilisent des miroirs déformants, rendant illisibles les portraits de la photographe).

23_EtanMe-Vivian-Sassen

29_EtanMe-Vivian-Sassen

Une poésie en dur

Sa poésie est peut-être brutale. Moi, j’aime beaucoup. Je me laisse volontiers portée par ces couleurs tranchées, ces compositions saillantes et ce trouble visuel, où la lisibilité ne prime pas, où il n’est pas nécessaire de montrer pour raconter, où, au contraire, taire et cacher crée un mystère déroutant, un peu dérangeant.

Personnellement, j’aime moins son travail pour la mode (je n’ai pas présenté ces séries ici), je le trouve moins subtil, moins dérangeant, moins questionnant. En même temps, c’est moins l’endroit…

Viviane_Sassen4-600x750

Parasomnia-ivy-2010-vivian-sassen

Flamboya-Arusha-2007-vivian-sassen

codex-vivian-sassen

kine-2011-Vivian-Sassen

En savoir plus sur Vivian sassen

La photographe Vivian Sassen
J’ai malheureusement raté l’exposition qui lui était consacrée à l’Institut néerlandais de Paris du 1er septembre au 1er novembre, mais vous pourrez lire pas mal d’article à son sujet.

EnregistrerEnregistrer