En discutant ce midi, en racontant (pour la millième fois) l’histoire de mes neufs navigateurs, je me suis souvenue que l’un des livres qui raconte cette histoire s’appele « A voyage for mad men ». Je me suis trompée en citant cet ouvrage et l’ai rebaptisé « A journey with mad men » en spécifiant que c’était pour moi et pour les spectateurs un véritable voyage avec des hommes fous…  Mais j’hésite encore avec un autre titre : « Mad and Mercy » dont j’aime la concision. Mad pour la folie et Mercy pour la dernière phrase écrite par Donald Crowhurst dans son journal d’homme fou, juste avant son suicide ;

« This is the mercy »