J’ai pris quatre jours pour visiter Londres. C’est mon quatrième séjour ici et c’est toujours magique. J’ai consacré l’essentiel de mes journées à la visite des deux Tate : la Tate Britain et la Tate Modern.

 

Outre les collections régulières, j’ai pu voir les expositions consacrées à John Nash, Wilfredo Lam (je ne connaissais aucun des deux), Rauschenberg et l’œil radical (une partie de l’immense collection de photographies modernes de Sir Elton John).

 

 

 

EnregistrerEnregistrer

 

La Tate Modern et la Tamise

Je renonce à montrer la salle des Rothko absolument magnifique mais qui ne donne rien en photo. C’était prodigieux et arrivée la première je me suis trouvée seule au milieu des neuf immenses toiles de la série des rouges sur marron. Mais rouges et marrons, certes elles le sont et de tant d’autres couleurs en plus ! Je montre cependant un beau détail d’une toile de Gérard Richter.

J’ai donc eu l’occasion de découvrir l’œuvre de W. lam et particulièrement cette toile dont les couleurs m’ont particulièrement émue. Comme toujours, une toile seule ne peut résumer toute une œuvre et c’est ce qui est superbe avec ces grandes expositions monographiques qui vous font pénétrer l’œuvre petit à petit : une vraie operation seduction.

J’ai donc eu l’occasion de découvrir l’œuvre de W. lam et particulièrement cette toile dont les couleurs m’ont particulièrement émue. Comme toujours, une toile seule ne peut résumer toute une œuvre et c’est ce qui est superbe avec ces grandes expositions monographiques qui vous font pénétrer l’œuvre petit à petit : une vraie operation seduction.