Entrer dans les « plis du réel »… J’avais écrit cette phrase il y a quelques mois, sans vraiment savoir ce qu’elle cachait, mais je vois aujourd’hui que j’avais déjà l’intuition du projet qui se profile à l’horizon…

Parallèlement aux recherches pour le projet Crowhurst – et toujours dans mon envie de « fictionner » – je réfléchis à des déplacements d’espaces, des glissements visuels qui laissent entrevoir leurs structures, qui jouent sur la juxtaposition des univers et créent des décalages et des questionnements sur les faits du réel ; décors dans le décor, paysages dans le paysage qui réinventent l’histoire…

J’ai trouvé sur le toujours passionnant blog d’Andrée-Anne Dupuis-Bourret les photos de Noémie Goudal. J’aime énormément la simplicité de moyens utilisés pour la réalisation de ces images qui, au final, possèdent une monumentalité et une poésie impressionnantes. Comme je suis obsédée par la forme du cercle, j’envisage d’utiliser le même procédé de collage d’images pour déplacer des morceaux d’univers d’un endroit à l’autre comme des  bulles d’espaces, en utilisant non plus l’image rectangulaire, mais ce qu’il en reste quand on la cadre dans un cercle.

Mon premier test va me faire transporter une scène d’intérieur dans la forêt toute proche. C’est encore la fin de l’été – comme mes tests vont être assez longs, je pense que je vais finaliser les images à l’automne, ce qui me semble tout à fait approprié. L’ambiance « frisquette » évoquée par les arbres qui se dénudent va créer un contraste interessant avec la scène d’intérieur. Peut-être que j’emporterais avec moi un objet de cette même scène ou approchant, une chaise, un drap… Je ne sais pas encore…

Comme titre (provisoire ?) je pense à « Bulles d’espaces »… ou « plis du réel » justement… à voir…

Croquis Bulles d'espaces © Agnès Cappadoro

Croquis Bulles d’espaces © Agnès Cappadoro

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer