Il ne faut pas lâcher la ligne. Dés que j’oublie le fil, l’opération se délite, les formes se détachent du fond comme des iceberg sur la banquise. Pour ce projet, j’essaye de mettre en place un vocabulaire de formes renvoyant à des sentiments, des sensations ; les épines évoquent la violence pointue et chaotique ; les cubes, la raison et la rigueur, l’ordre ; etc… J’ai hésité un moment à utiliser les formes pour évoquer plutôt des objets et renvoyer à quelque chose de plus figuratif, mais j’ai changé d’avis… enfin l’un n’exclut pas l’autre et l’important reste la sensation générale éprouvée par le spectateur devant chaque mandala*. Chacun d’entre eux correspond à l’un des navigateurs et au faisceau de sensations que je les suppose avoir ressenti ou que j’ai ressenti moi-même face à leurs histoires.

Ce devaient être des sculptures en papier posées sur des demies-sphères de papier découpé (j’ai momentanément renoncé à ce format pour des raisons pratiques – des problèmes de fragilité notamment) mais ce sont devenus des tableaux circulaires d’une épaisseur plus réduite mais plus grande en surface (comme si on avait aplati la sphère et qu’en s’aplatissant elle s’était élargie). Depuis longtemps, je travaille le cercle sans vraiment savoir pourquoi. Je n’ai jamais cherché à analyser cette forme ; je crois que c’est pour moi l’expression la plus juste de l’introspection et de la solitude, du repli sur soi et en même temps de l’ouverture au monde, la sphère a toujours un centre qui rejette la matière sur les périphéries…

J’ai très hâte de voir se projet se constituer plus clairement. Il suscite en moi beaucoup de doutes. La longueur de sa genèse et la lenteur de sa réalisation contribuent à semer du doute. C’est pourquoi dés que je laisse du désordre entrer dans ma pensée, l’ensemble me paraît vidé de son contenu ; un peu comme à force de prononcer un mot, on perd son orthographe et parfois même son sens…

* le terme mandala est inapproprié car il s’agit d’une pratique très particulière à but spirituel. Il y a un peu de cela dans ce projet, mais il y manque 1. L’éphémere du mandala (détruit dés que terminé) 2. La symétrie. En revanche, il y a de la méditation dans leur réalisation, du symbolique et du spirituel dans leur contemplation.