Voici juste deux œuvres inspirantes de Dorota Buczkowska, artiste d’origine polonaise, vivant en Arles. Une balançoire précaire et un collier visagophage (c’est moi qui titre)…  J’aime beaucoup ces deux œuvres, la première pour le savant équilibre entre le rêve et le concret et la composition de l’ensemble, y compris les murs et le sol blanc, gris et noir, la forme ronde et symétrique des ballons, qui ne ressemblent pas à des ballons d’enfant, ajoutant à l’étrangeté. La seconde pour la composition, les couleurs et la matière de la photo, et le mystère du contenu dans le contenant.

 

Citation de l’artiste : « Depuis longtemps, je suis passionnée par la tentative de l’homme à apprivoiser des processus naturels et à les schématiser par la science et la magie. Dans mon travail artistique je cherche alors, par l’image, à créer ce petit moment où l’on cultive l’illusion de maîtriser, de posséder, de comprendre. Le désir de s’approprier ou de fixer. Les phases de transition, dites temporaires, entre « l’état de la matière » sont le point de départ de mes projets vidéo, d’animations et de dessins. »

 

Je trouve qu’elle réussit parfaitement à créer un « petit moment », mais curieusement, je trouve plutôt que ce moment ne cultive aucune illusion de maîtriser, de posséder ou de comprendre. Bien au contraire, il souligne avec insistance que rien n’est maîtrisable, que tout est étrange, précaire et incertain…

 

Et vous, qu’est-ce que cela vous évoque ?

dorota-buczkowska-2008

Dorota-Buczkowska