Bateau – jour 3 – Wulaia – Cap Horn

Mouillage dans la Baie Wulaia

La troisième nuit à bord a été très tranquille. Nous avançons d’un train de sénateur dans le canal Beagle.

Rapace au dessus de la baie de Wulaia

Le matin, nous accostons la plage de Wulaia. La ballade grimpe vigoureusement durant une bonne demie-heure et je refais connaissance avec mes mollets (les cuisses se feront connaître au retour). Le panorama est magnifique, bien que le temps soit couvert. Un condor nous fait une petite visite pendant la recherche de son déjeuner.

Sur l’ile du Cap Horn

L’après-midi, c’est le cap-horn. Après une conférence où l’on nous explique et le nombres de naufrages ayant eu lieu là et les consignes de sécurité à suivre pour le débarquement, on nous lance à l’assaut de l’île du cap Horn. Marie-No n’a pas pu m’accompagner car l’excursion est trop sportive pour ses poumons mais elle joue les chefs d’expédition et me guette du bateau ! Après m’avoir harnaché, elle part à l’assaut du vent, jumelles et appareil photo en bandoulière.

Vue Est du Cap Horn

Je suis tellement terrifiée par la procédure de sortie du zodiaque dans les vagues que je réalise une performance ! Je touche terre plus vite que mon ombre sans m’être mouillé les pieds !
Suivent 180 marches raides et glissantes jusqu’au chemin qui mène au monument de l’Albatros marquant le cap. Bien sûr je ne suis ni Fitz Roy, ni Magellan, n’empêche qu’une grosse émotion m’étreint quand je regarde ce caillou battu par les vents sur lequel j’ai le privilège de mettre les pieds. C’est devenu une destination touristique et c’est par ce biais que je suis là, mais encore peu de personnes y accèdent et je me sens incroyablement privilégiée et pleine de gratitude pour tout cela.

Monument de l'Albatros au Cap Horn
Je suis toute seule sous le monument de l’albatros ! Seule une guide fermant la marche est avec moi qui prend la photo.

Je suis partie la dernière du bateau aussi suis-je la dernière à parvenir au monument, puis au phare et j’ai l’immense privilège de me retrouver complètement seule au bout du monde !!! Mes conaviguants ont quitté un à un le theatre des opérations et je reste seule, en retrait pour profiter de cette solitude aventureuse.

Cap Horn

Le temps vire au crachin mais la mer reste relativement calme. Je visite rapidement le phare ou l’armée chilienne est en train de faire un état des lieux pour les 400 ans de la découverte du cap Horn puis la petite chapelle et je repars toujours la dernière laissant derrière moi le caillou et sa lande déserte, vraiment battue par les vents.

Phare du Cap Horn

Là encore, je réalise une prouesse et monte dans le zodiaque prestement (croyez moi ce n’est pas si simple quand il y a des vagues et du courant même si l’esquif est fermement maintenu par les membres de l’équipage en tenue de plongée dans l’eau). Je ne sais pas si c’est volontaire ou pas mais les chiliens ont maintenu la difficulté d’accès à l’île. Peut être pour nous donner la sensation d’être de véritables aventuriers.

Cap Horn
Je retourne au bateau véritablement heureuse de l’expérience et impatiente de la raconter à Marie-No qui m’accueille !
C’est notre dernier soir à bord et l’ambiance est très conviviale et agréable. On échange les coordonnées avec les autres voyageurs avec lesquels nous avons sympathisé. Il est rare que ces rencontres donnent naissance à de longues amitiés mais on peut garder contact un an ou deux et prolonger un peu la joie du séjour.

Une réflexion au sujet de “Bateau – jour 3 – Wulaia – Cap Horn

  1. PASCALE B says:

    T’es mon héroïne du jour ! j’aime beaucoup la 1ère photo … petit magnet CAP HORN 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Required fields are marked *

[instagram-feed]