Bateau – jour 1- Baie Ainsworth

Nous avons passé notre première nuit à bord. Encore dans le fjord, les eaux sont assez calmes et si cela tangue un peu, nous nous acclimatons tranquillement.

Baie Ainsworth

Le temps a vraiment changé et tourné à la pluie ce qui nous vaut quelques magnifiques arcs-en-ciel.

Pour le premier jour, le bateau jette l’ancre dans la baie Ainsworth. Nous redoutions d’entrer dans les zodiaques. C’est tout un processus un peu effrayant, le zodiaque n’étant pas à la même hauteur que le bateau mais finalement cela se passe sans heurt, en trois pas bien positionnés et une franche poignée de main.

On nous a prévenu qu’ici le temps change tout le temps, brusquement, passant du grand beau au grain le plus sérieux en une minute. C’est peu dire… En une heure nous aurons eu une averse, des éclaircies, des grains, du grand soleil, des arcs-en-ciel partout et de toutes les formes. Harnachées, en couches oignonesques, nous bravons les éléments.

L’équipement de base comprend un pantalon, éventuellement un sur-pantalon (je n’en ai pas), un tee-shirt, un pull, une doudoune, un vêtement imperméable, une écharpe, deux capuches, des sous-gants, des gants, le gilet de sauvetage, le sac à dos. L’ensemble compose un seyant assemblage. Mais on supporte assez toutes ces couches car il y a beaucoup de vent, il pleut, quand le soleil apparaît, on a tout juste le temps de se chauffer la première couche qu’il est déjà parti.

Forêt primitive de la Baie Ainsworth
On aperçoit derrière la lande les collines recouvertes de forêt primitive.

Forêt primitive de la Baie Ainsworth
Chemin dans la forêt primitive. Les passerelles protègent les sols de notre passage. 

plage de la Baie Ainsworth

Nous accostons sur un des îlots recouvert de forêt primitive. Toutes les étapes de la formation de la forêt sont représentées ; d’abord les cailloux, puis les lichens, les mousses, les très petits arbustes, les arbrisseaux, les petits arbres et enfin les grands arbres eux aussi recouverts de lichens de toutes sortes. C’est magnifique.

Rivière

S’il y a beaucoup d’oiseau, il y a peu d’autres animaux sauvages ici. Il fait trop froid, les îlots sont trop isolés les uns des autres. On trouve quelques renards (dont nous ne verrons que les déjections) et des castors en quantité. Une quantité nocive. Importés par des gens peu scrupuleux qui voulaient développer le commerce de la fourrure, les castors canadiens se sont rapidement acclimatés et n’ayant aucun prédateurs, ils se sont vite retrouvés de 5 à 50. Mais leur fourrure n’a pas eu la qualité escomptée et on les a abandonnés là. Quelques années plus tard, ayant construit des barrages partout, ils ont provoqué la mort d’arbres qui se retrouvaient les pieds dans l’eau et comme ils sont excellents nageurs, ils ont commencé à voyager. Aujourd’hui le Chili et l’Argentine sont envahis de castors dont ils n’arrivent pas à se débarrasser.

Rivière
Évolution du paysage le long de la ballade.

Plage de la Baie Ainsworth

L’après-midi, nous repartons sur les zodiaques pour gagner les îlots Tucker où vivent des colonies de pingouins, de cormorans et de goélands du pacifique (autrement appelés « voleurs » parce qu’il se nourrissent d’œufs et de petits pingouins).
Cette fois, la mer est plus agitée, il pleut violemment. En 5 minutes, je suis trempée jusqu’aux os, moi qui n’ait pas de sur-pantalon imperméable. Malgré la pluie qui cingle et qui fait comme des petits cailloux sur les joues, le spectacle des animaux reste magique (mais je protège mon appareil et ne prend pas de photos). Lorsque nous rentrons je prend une douche chaude et découvre que l’on peut se procurer des sur-pantalons à la réception.
Demain, je serai au sec ! Même par gros temps.

4 réflexions au sujet de “Bateau – jour 1- Baie Ainsworth

  1. Géant vert says:

    Un vrai documentaire télé ! (en mieux 🙂 ) Pense à faire des vidéos…
    Bonne continuation enchanteresse…

  2. Coucou, oh mais j’en ai fait ! Je ferai un montage au retour. Je n’ai jamais fait ça alors ça va me prendre un peu de temps je pense. Ca prolongera le voyage et tu me donneras des conseils de montage ! Plein de bisous.

  3. nenette says:

    Magnifique toutes ces couleurs de mousses. C’est drôle de vous suivre au bout du monde…
    A l’écart de tout !! Vous êtes là et vous êtes très très très très loin… en pleine nature sauvage !!!
    de gros bisous

  4. PASCALE B says:

     » Harnachées, en couches oignonesques, nous bravons les éléments »
    Vous êtes mes « Captain Cook et Igloo » préférées….
    J’adore, je me régale les yeux et vous envie de plus en plus, je me fais pétiller les synapses, bref je savoure…. encore, encore, encore svp !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Required fields are marked *

[instagram-feed]